Contact & Rendez-vous: Tél. +49 160 9623 2547
Logo du Coach Alexander Hohmann
Peut-être envisagez-vous d’aller voir un coach, mais l’idée de franchir le pas vers votre première séance vous cause-t-elle quelque insécurité ou nervosité. Si d’aventure c’était le cas, soyez rassuré(e): il en va ainsi pour à peu près tout le monde. Et rien ne vous empêche d’en parler ouvertement au coach de votre choix. Car l‘enjeu pour vous n’est pas mince : vous voulez changer quelque chose dans votre vie. Tout en ne sachant pas encore à quoi ressembleront les résultats de ces changements. Peut-être y a-t-il déjà une joie anticipée en vous qui fait des sauts et danse autour de votre insécurité - nous avons souvent plusieurs sentiments en même temps. Vous demandez un premier rendez-vous par courriel ou téléphone. Ça, c’est fait: le plus dur est passé. Cette prise de rendez-vous est un premier pas essentiel qui rend concrète votre démarche de changement. Vous ne vous en rendez peut-être pas compte, mais vous venez de conclure un contrat implicite avec vous-même, celui de passer à l’action. Une intention est enfantée. Et voilà. C’est l’heure. Nous ne nous connaissons pas encore. Vous entrez. Entrez en confiance. Ce qui vous attend, c’est un accueil bienveillant – au choix en français, allemand ou anglais. Et de l’eau pour vous désaltérer. Vous découvrez la pièce et choisissez l’un des confortables fauteuils pendant que je mets mon portable en mode avion pour pouvoir être tout à vous sans perturbation électronique. Puis je vous demande ce qui vous fait venir. Je ne vous demanderai pas comment je puis vous aider, puisque que ce n’est pas mon rôle. Mon rôle est de vous permettre au mieux de vous aider vous-même. La vérité, même si elle ressemble à la phraséologie habituelle des coachs, est que vous portez en vous toutes les réponses aux questions et problèmes que vous cherchez à résoudre. Une question qui s’impose, c’est une réponse qui veut éclore. Alors vous commencez à vous raconter. Je vais vous écouter, prendre de nombreuses notes, peut-être poser une question par-ci, par-là pour mieux comprendre. Et peut-être ressentirai-je intuitivement que, parmi les thèmes que vous apportez, l’un ou l’autre s’impose plus que les autres et veut être «traité» en premier. Nous approfondissons donc tel sujet. Pour cela, peut-être nous contentons-nous de parler. Peut-être faisons-nous une première «constellation», en plaçant par exemple des cartons au sol qui représentent les différents aspects ou protagonistes de la situation et en vous plaçant sur chacun d’eux à tour de rôle pour écouter le ressenti et percevoir les images intérieures suscitées dans cette position. Il y a beaucoup de chemins pour parvenir à la réponse. Parfois, préciser et reformuler la question contient déjà en soi l’essentiel de la réponse. Parfois, c’est juste une vieille croyance qui nous sépare de la réponse. Soyez sans crainte: je ne vous applique pas des méthodes et modèles rigides. Au contraire: je vais me fier à ce que perçois, à mon intuition et à mon expérience pour essayer de détecter l’émotion ou le sujet présents, l’implicite derrière l’explicite. Parfois, le non-dit est tonitruant. Les indices sont multiples. Et si tel ou tel sujet est prioritaire pour vous, n’hésitez pas à le dire et nous en parlons en priorité. A un moment de notre entretien, je vais vous poser la question de vos objectifs. Car pour mesurer le progrès sur le chemin vers un objectif donné, encore faut-il en avoir un. Mais ce n’est pas indispensable. Cela me va très bien aussi si vous me dites par exemple: «Je voudrais réfléchir avec quelqu’un à ma vie actuelle. Je sais que je veux changer quelque chose. Mais je ne sais pas très bien, quoi.» Développer plus de clarté dans la pensée ou dans le ressenti, cela peut déjà constituer un objectif capable de changer votre vie. Une chose importante: je vous invite à être ouvert(e) et honnête… avec vous-même. Vous ne serez pas jugé(e). L’espace de communication en coaching est bien différent de celui dans lequel vous évoluez peut-être dans votre vie quotidienne. Il est là pour que vous puissiez parler en toute sincérité sans vous demander ce que pense votre interlocuteur et sans vous attendre à des jugements. Les changements qui nous conviennent le mieux commencent par un regard sans fard sur ce qui est – et pourquoi «ce qui est» vous donne envie de changer. Après la première heure, vous commencez à avoir une bonne idée si je suis le coach qui vous convient. Après une heure, je ferai donc une petite halte pour vous demander si vous souhaitez continuer et vous rappeler mes honoraires. Vous pourrez décider en toute transparence. Fiez-vous à votre ressenti, à la résonance qui s’est établie entre nous. Si elle ne vous convient pas, nous prenons congé sans aucun mauvais sang entre nous. Si vous avez besoin d’y réfléchir, vous pourrez laisser la nuit porter conseil et me recontacter dans les jours qui suivent. Et si vous vous rendez compte que vous vous sentez bien dans cet environnement, nous pouvons d’emblée convenir du second rendez-vous. Ou nous pouvons poursuivre l’échange tout de suite, puisque je garde toujours un peu de temps disponible pour éventuellement prolonger la séance. Puis, quelques jours ou semaines plus tard, ont lieu les séances suivantes. Elles ne suivent pas de canevas prédéfini. Nous travaillons avec ce qui vient, et parfois ce qui vient est plein de surprises. Il se pourra aussi que des séances suivantes auront lieu par téléphone ou vidéo, si c’est plus pratique pour vous. Les séances à distance fonctionnent étonnamment bien, elles aussi. D’ailleurs, si vous habitez loin, peut-être cette première séance a-t-elle eu lieu en ligne, elle aussi. Cette description vous a-t-elle conforté(e)? Le coaching peut vraiment changer une vie. Si vous vous y intéressez, cela en soi a déjà une raison. C’est le signe qu’il y a une motivation, et c’est un bon début. Ne laissez pas passer cette motivation sans agir. Voir aussi: Contact & prise de rendez-vous

Alexander Hohmann - le Blog

Le coaching, la vie et le reste

Ruhige Achtsamkeit im Park von Versailles
Peut-être envisagez-vous d’aller voir un coach, mais l’idée de franchir le pas vers votre première séance vous cause-t-elle quelque insécurité ou nervosité. Si d’aventure c’était le cas, soyez rassuré(e): il en va ainsi pour à peu près tout le monde. Et rien ne vous empêche d’en parler ouvertement au coach de votre choix. Car l‘enjeu pour vous n’est pas mince : vous voulez changer quelque chose dans votre vie. Tout en ne sachant pas encore à quoi ressembleront les résultats de ces changements. Peut-être y a-t-il déjà une joie anticipée en vous qui fait des sauts et danse autour de votre insécurité - nous avons souvent plusieurs sentiments en même temps. Vous demandez un premier rendez-vous par courriel ou téléphone. Ça, c’est fait: le plus dur est passé. Cette prise de rendez- vous est un premier pas essentiel qui rend concrète votre démarche de changement. Vous ne vous en rendez peut-être pas compte, mais vous venez de conclure un contrat implicite avec vous-même, celui de passer à l’action. Une intention est enfantée. Et voilà. C’est l’heure. Nous ne nous connaissons pas encore. Vous entrez. Entrez en confiance. Ce qui vous attend, c’est un accueil bienveillant – au choix en français, allemand ou anglais. Et de l’eau pour vous désaltérer. Vous découvrez la pièce et choisissez l’un des confortables fauteuils pendant que je mets mon portable en mode avion pour pouvoir être tout à vous sans perturbation électronique. Puis je vous demande ce qui vous fait venir. Je ne vous demanderai pas comment je puis vous aider, puisque que ce n’est pas mon rôle. Mon rôle est de vous permettre au mieux de vous aider vous-même. La vérité, même si elle ressemble à la phraséologie habituelle des coachs, est que vous portez en vous toutes les réponses aux questions et problèmes que vous cherchez à résoudre. Une question qui s’impose, c’est une réponse qui veut éclore. Alors vous commencez à vous raconter. Je vais vous écouter, prendre de nombreuses notes, peut-être poser une question par-ci, par- là pour mieux comprendre. Et peut-être ressentirai-je intuitivement que, parmi les thèmes que vous apportez, l’un ou l’autre s’impose plus que les autres et veut être «traité» en premier. Nous approfondissons donc tel sujet. Pour cela, peut-être nous contentons-nous de parler. Peut-être faisons- nous une première «constellation», en plaçant par exemple des cartons au sol qui représentent les différents aspects ou protagonistes de la situation et en vous plaçant sur chacun d’eux à tour de rôle pour écouter le ressenti et percevoir les images intérieures suscitées dans cette position. Il y a beaucoup de chemins pour parvenir à la réponse. Parfois, préciser et reformuler la question contient déjà en soi l’essentiel de la réponse. Parfois, c’est juste une vieille croyance qui nous sépare de la réponse. Soyez sans crainte: je ne vous applique pas des méthodes et modèles rigides. Au contraire: je vais me fier à ce que perçois, à mon intuition et à mon expérience pour essayer de détecter l’émotion ou le sujet présents, l’implicite derrière l’explicite. Parfois, le non-dit est tonitruant. Les indices sont multiples. Et si tel ou tel sujet est prioritaire pour vous, n’hésitez pas à le dire et nous en parlons en priorité. A un moment de notre entretien, je vais vous poser la question de vos objectifs. Car pour mesurer le progrès sur le chemin vers un objectif donné, encore faut-il en avoir un. Mais ce n’est pas indispensable. Cela me va très bien aussi si vous me dites par exemple: «Je voudrais réfléchir avec quelqu’un à ma vie actuelle. Je sais que je veux changer quelque chose. Mais je ne sais pas très bien, quoi.» Développer plus de clarté dans la pensée ou dans le ressenti, cela peut déjà constituer un objectif capable de changer votre vie. Une chose importante: je vous invite à être ouvert(e) et honnête… avec vous-même. Vous ne serez pas jugé(e). L’espace de communication en coaching est bien différent de celui dans lequel vous évoluez peut-être dans votre vie quotidienne. Il est là pour que vous puissiez parler en toute sincérité sans vous demander ce que pense votre interlocuteur et sans vous attendre à des jugements. Les changements qui nous conviennent le mieux commencent par un regard sans fard sur ce qui est – et pourquoi «ce qui est» vous donne envie de changer. Après la première heure, vous commencez à avoir une bonne idée si je suis le coach qui vous convient. Après une heure, je ferai donc une petite halte pour vous demander si vous souhaitez continuer et vous rappeler mes honoraires. Vous pourrez décider en toute transparence. Fiez-vous à votre ressenti, à la résonance qui s’est établie entre nous. Si elle ne vous convient pas, nous prenons congé sans aucun mauvais sang entre nous. Si vous avez besoin d’y réfléchir, vous pourrez laisser la nuit porter conseil et me recontacter dans les jours qui suivent. Et si vous vous rendez compte que vous vous sentez bien dans cet environnement, nous pouvons d’emblée convenir du second rendez-vous. Ou nous pouvons poursuivre l’échange tout de suite, puisque je garde toujours un peu de temps disponible pour éventuellement prolonger la séance. Puis, quelques jours ou semaines plus tard, ont lieu les séances suivantes. Elles ne suivent pas de canevas prédéfini. Nous travaillons avec ce qui vient, et parfois ce qui vient est plein de surprises. Il se pourra aussi que des séances suivantes auront lieu par téléphone ou vidéo, si c’est plus pratique pour vous. Les séances à distance fonctionnent étonnamment bien, elles aussi. D’ailleurs, si vous habitez loin, peut-être cette première séance a-t-elle eu lieu en ligne, elle aussi. Cette description vous a-t-elle conforté(e)? Le coaching peut vraiment changer une vie. Si vous vous y intéressez, cela en soi a déjà une raison. C’est le signe qu’il y a une motivation, et c’est un bon début. Ne laissez pas passer cette motivation sans agir. Voir aussi: Contact & prise de rendez-vous

Comment votre première

séance de coaching se

déroule-t-elle?

Alexander Hohmann

Le Blog

Le coaching, la vie et le reste